La vie serait bien différente sans nos navigateurs web, mais alors que ces outils essentiels sont incroyablement utiles, ils peuvent se montrer tout aussi problématiques. Au-delà de leur facilité d’utilisation, les navigateurs peuvent échouer en termes de fiabilité, de vitesse, de fonctionnalités et de compatibilité avec diverses plateformes. Mais avant tout, ils peuvent causer des risques de sécurité.

Les navigateurs sécurisés se doivent de résoudre ces problèmes. Ils doivent inclure des options pour sécuriser votre navigation locale (en effaçant cookies et historiques), et ils devraient également protéger leurs utilisateurs contre les menaces numériques. C’est pourquoi la plupart des navigateurs intègrent un niveau de chiffrement, des certificats de sécurité, des outils anti-malwares, et un moyen de discerner les faux sites des sites légitimes.

Comment Google Chrome se place face à ces critères, et est-ce le navigateur qu’il vous faut ? Essayons d’en savoir plus.

Qu’est ce que Google Chrome ?

Chrome, c’est la réponse de Google à Microsoft Internet Explorer, Opera, Safari et Firefox. Et c’est le plus jeune de tous ces navigateurs bien connus du WWW. La première version de l’application de navigation du web de Google est apparue en 2008, et a été constamment mise à jour depuis lors. En fait, depuis Mars 2019, le logiciel a atteint sa 74ème version et ne compte pas s’arrêter là.

Durant cette première décennie d’existence, le navigateur a atteint la domination globale. De nos jours, c’est l’outil de référence pour près de deux tiers des internautes dans le monde. Il doit donc faire les choses bien. Et c’est ce que vient prouver indubitablement son interface dès la première prise en main.

Basé sur le projet open source Chromium, le navigateur est élégamment simple, rapide, et adaptable grâce à ses nombreux add-ons. Mais comme nous allons le voir, il n’est pas parfait, loin s’en faut.

Fonctionnalités de Google Chrome

Le meilleur moyen remettre le navigateur de Google en perspective est probablement de dresser la liste des fonctionnalités clés de l’application, et elles sont nombreuses :

  • Les onglets sont raffinés et fonctionnels, et l’optimisation mémoire permet en théorie de pouvoir en garder ouvert entre 10 et 20 à la fois.
  • Tous les autres outils Google sont intégrés au navigateur, vous donnant accès instantanément à Google Translate, Search, Shopping et Maps.
  • Le blocage de publicités est une partie essentielle de l’application.
  • La synchronisation vous permet de partager vos informations entre vos ordinateurs et smartphones.
  • L’outil intégré Chromecast rend relativement aisée la diffusion de YouTube ou autres contenus de streaming sur TV.
  • Les options de customisation sont nombreuses, depuis les différentes apparences graphiques jusqu’au raccourcis uniques vers vos sites préférés.
  • Disponible pour Windows, MacOS, iOS, Android et Linux. Vous pouvez aussi télécharger les versions passées pour Windows XP, Vista, ou les itérations antérieures de MacOS. C’est peu courant chez les navigateurs majeurs.

Comment utiliser le navigateur Google Chrome

Alors comment se comporte le navigateur à l’utilisation ? Disons que c’est une bonne option pour les utilisateurs débutants grâce à son interface très simple. Et si vous avez déjà utilisé Safari ou Firefox, vous ne serez pas dépaysé. Ce navigateur est clair, intuitif, et puissant.

Et si vous voulez approfondir les choses, c’est possible. Le navigateur vous permet d’ajouter différents moteurs de recherche à son “Omnibox” (vous pouvez par exemple ajouter des recherches de marchands). Vous pouvez facilement récupérer les onglets fermés accidentellement, et déplacer et réorganiser vos onglets lorsque vous utilisez une disposition complexe. Tout est là.

Il est aussi facile à télécharger et installer. Rendez-vous ici et choisissez la plateforme qu’il vous faut. Et au cas où vous vous posiez la question, tout est gratuit.

Google Chrome pour Android

Google Chrome pour Android

Sans surprise, étant donné le patronage de Google sur la plateforme Android, son navigateur est devenu la force dominante sur les téléphones Android. Toute l’intégration Google est présente, dont l’accès rapide aux Profils et comptes mails.

Les utilisateurs mobile peuvent aussi bénéficier de fonctionnalités spéciales. Par exemple, vous pouvez lancer une recherche instantanément en surlignant un mot ou en restant appuyé sur le mot. Et l’option “Data Saver” peut souvent réduire le temps de navigation, un outil pratique sur les réseaux WiFi les plus lents.

Google Chrome pour Mac

Google Chrome pour Mac

Safari se débouille plutôt bien de son rôle de navigateur par défaut sur Mac, mais vaut-il le coup d’expérimenté avec l’option de Google à la place ?

Par le passé, Google a irrité les utilisateurs Mac en permettant à son navigateur de se connecter automatiquement aux comptes Google, et en fournissant des notifications intempestives sur d’autres parties de macOS. Tout a changé maintenant, et la version Mac est bien moins intrusive.

Le navigateur est plus flexible que Safari (en termes de nombre d’applications disponibles), rapide, et intuitif. Mais la politique sur les données de Google ne sera pax du goût de tout le monde (voir plus bas).

Comment mettre à jour Google Chrome

Nous avons déjà mentionné que le navigateur de Google a atteint sa 74ème itération, sans mentionner les diverses sous-mises à jour à chaque fois qu’une nouvelle version est lancée. En théorie, cela pourrait amener à faire beaucoup de mises à jour manuelles lorsqu’une nouvelle version est disponible.

Heureusement, ce n’est pas un problème ici. On vous demandera d’accepter les mises à jour lorsque vous lancerez votre navigateur. Si ce n’était pas le cas, vous pouvez vous rendre dans la section Customize (Personnaliser), puis Help (Aide) et enfin About (À propos de). Cela lance un Scan automatique pour les mises à jour éventuelles.

Si vous vous inquiétez de ne pas être à jour, vous pouvez vous référer au blog Google Updates, où tout nouveau patch ou version sont annoncés.

Google Chrome est-il sûr ?

Nous passons maintenant au noeud du problème, tout au moins pour nous : la sécurité. Et c’est un domaine dans lequel le navigateur obtient une bonne note, mais souffre également d’appartenir à la famille Google.

Côté positif, les fonctionnalités de sécurité incluent :

  • Mode incognito pour empêcher votre navigateur de stocker des informations sur les sites que vous visitez, ou les cookies que vous acceptez.
  • Accès à des extensions de sécurité comme les outils de gestion de mots de passe Blur ou SiteJabber, qui entend identifier les sites web illégitimes.
  • Notification instantanée des risques de malwares ou potentiels sites agressifs.
  • Mises à jour toutes les 6 semaines (au moins), qui réagit aux problèmes de sécurité contemporains.
  • Mise en bac à sable des sites suspects, qui sépare les codes malveillants de votre navigation quotidienne.

Tout cela est bienvenu, mais pourrait être éclipsé par la société qui est derrière le navigateur. Vous le savez sans doute, Google est l’une des sociétés les plus affamées de données au monde, et leur navigateur web fait partie de ce vaste système de collection des données.

Si vous utilisez le navigateur avec un compte Google (ce qui est probable), le réglage par défaut est d’accepter tous les cookies provenant de Google. Cela permet à la société spécialisée en recherches de surveiller les sites que vous visitez à partir de vos recherches, et bien entendu les mots clés pour lesquels vous lancez des recherches.

Lorsque vous activez la fonction Sync, toute une flopée d’informations sera également envoyée à Google, incluant les sites web que vous avez autorisés, votre historique de navigation, et même les onglets de vos sites les plus visités.

De plus, les utilisateurs sur mobile envoie constamment les détails de leur emplacement physique à Google dès que leur navigateur est actif — et tant que la permission ne lui est pas retirée. L’étendu des données collectées est donc vaste.

Même si Google est devenu plus consciencieux sur la gestion des données ces derniers temps (à la suite de nombreux scandales), les utilisateurs doivent toujours prendre les devants pour protéger leur confidentialité — et la confidentialité ne fait pas partie des valeurs fondamentales de Google. Ce n’est donc pas un choix idéal pour l’utilisateur soucieux de sa sécurité.

Les questions et problèmes le plus souvent rencontrés par les utilisateurs de Google Chrome

Supposons que vous vouliez tout de même installer le navigateur de Google et l’essayer. Dans ce cas, il sera utile de passer rapidement en revue ses problèmes principaux, que voici :

1. Comment changer la langue dans Google Chrome

Tout d’abord, l’utilisateur peut rencontrer des problèmes pour changer la langue utilisée par le navigateur. Mais rien de trop compliqué à résoudre. Rendez-vous dans Settings (Réglages), puis Advanced (Avancé), et choisissez Language. Choisissez votre langue préférée, cliquez sur More (Plus), et ensuite Display Google Chrome in this langage. Redémarrez ensuite votre navigateur.

2. Comment activer le mode Dark de Google Chrome

Activer le mode Dark, supposément meilleur pour vos yeux, n’est pas difficile non plus. Cependant, il vous faudra installer un add-on nommé Chrome Canary, qui teste les innovations des équipes de Google. Ensuite faites un clic droit sur l’icône Canary sur votre bureau et faites apparaître le menu Properties (Propriétés). Dans la boîte cible, ajoutez un espace après chrome.exe, et copiez ensuite “-force-dark-mode.” Cliquez sur Apply (Appliquer) et vous êtes parés.

3. Activez votre player Adobe Flash sur Google Chrome

Flash est problématique en termes de sécurité, mais vous pouvez l’activer sur le navigateur de Google. Pour ce faire, copiez “chrome://settings/content » dans la barre d’adresse. Faites défiler pour presser le bouton Flash. Choisissez ensuite Ask First. Maintenant, rendez-vous sur un site présentant une vidéo flash à visionner. Cliquez sur l’icône “cadenas” dans la barre d’adresse, choisissez Site Settings et ensuite autorisez Flash.

4. Comment faire fonctionner javascript sur Chrome

Un problème similaire se présente avec javascript, et la solution est simple. Rendez-vous dans le menu Settings (Réglages), choisissez Advanced (Avancé), ensuite Privacy and Security (Confidentialité et Sécurité). Maintenant, pressez Content Settings (Réglages du Contenu) et choisissez Javascript, activez le ensuite. Tout devrait fonctionner parfaitement à partir de là.

Google Chrome vs Mozilla Firefox

Google Chrome test vs MozillaChrome

  • Compagnie mère : Alphabet
  • Lancé en : septembre 2008
  • Fonctionnalités de sécurité : navigation Incognito, compatible VPN, bac à sable, badges de sécurité, protection contre le phishing via Google API, bloqueur de publicités
  • Navigation privée disponible : Oui
  • Extensions personnalisées disponibles : Oui
  • Plateformes supportées : Windows, Linux, Mac, iOS, Android
  • OpenSource: Non
  • CloudSync: Oui

Firefox

  • Compagnie mère : Fondation Mozilla (Association)
  • Lancé en : septembre 2002
  • Fonctionnalités de sécurité : chiffrement TLS et HTTPS Everywhere, “bug bounty” pour détecter les défauts, navigation privée, fonctionnalité Do Not Track, protection contre les malwares et le phishing, peut installer des add-ons VPN
  • Navigation privée disponible : Oui
  • Extensions personnalisées disponibles : Oui
  • Plateformes supportées : Windows, MacOS, Linux, iOS, Android
  • OpenSource: Oui
  • CloudSync: Non

Google Chrome vs Safari:

Chrome

  • Compagnie mère : Alphabet
  • Lancé en : septembre 2008
  • Fonctionnalités de sécurité : navigation Incognito, compatible VPN, bac à sable, badges de sécurité, protection contre le phishing via Google API, bloqueur de publicités
  • Navigation privée disponible : Oui
  • Extensions personnalisées disponibles : Oui
  • Plateformes supportées : Windows, Linux, Mac, iOS, Android
  • OpenSource: Non
  • CloudSync: Oui

Safari

  • Compagnie mère : Apple
  • Lancé en : Janvier 2003
  • Fonctionnalités de sécurité : liste noire Apple de plug-ins, notification des sites dangereux, prévention contre le traçage, bac à sable pour sites suspects, gestionnaire de mots de passe intégré, navigation privée
  • Navigation privée disponible : Oui
  • Extensions personnalisées disponibles : Oui
  • Plateformes supportées : MacOS, iOS
  • OpenSource: Non
  • CloudSync: Oui