Jusqu’à présent, le Dark Web (le Web obscur) portait bien son nom. En effet, on pouvait le comparer à un mystérieux donjon qui cache de nombreux secrets, et où il serait presque impossible d’avancer sans torche.

Mais ça, c’était avant ! Désormais, le Dark Web dispose lui aussi de moteurs de recherche qui proposent à peu près le même service que Google sur le Web visible.

C’est une évolution énorme, et pour bien des raisons. Une évolution qui entraîne le Dark Web dans une autre direction. Alors, quels moteurs devriez-vous rechercher après avoir lancé Tor ? Dans ce blog, nous allons vous proposer une sélection des meilleurs moteurs de recherche sur le Dark Web. Mais rappelons d’abord ce qu’est le Dark Web et essayons de comprendre à quoi il sert.

Qu’est-ce que le Dark Web, et en quoi peut-il vous être utile ?

Lorsque nous naviguons sur le Web avec Firefox ou Chrome, ce que nous voyons n’est que la partie visible de l’iceberg. Le Web visible repose en réalité sur un réseau immergé bien plus vaste qui fait à peu près 500 fois sa taille.

Ce réseau immergé est en grande partie constitué par le Deep Web, qui est en fait tout le contenu non indexé par les moteurs de recherche du Web visible. Mais il existe encore un autre contenu en ligne, caché dans les profondeurs du Web.

C’est le contenu du Dark Web, un autre contenu non indexé par les moteurs de recherche ordinaires. Mais celui-ci est beaucoup moins accessible, et son accès est beaucoup plus restreint que celui du Deep Web. Constitué d’un réseau mondial d’utilisateurs P2P, il n’est accessible qu’avec des navigateurs compatibles, du type « The Onion Router » (Tor).

Lorsque vous vous connectez à Tor, vos données passent par plusieurs proxies qui les chiffrent. Elles sont ensuite déchiffrées au fur et à mesure, et ne sont lisibles que par le récepteur : c’est ce que l’on appelle le routage en oignon. Il est donc très difficile pour d’autres personnes de voir qui vous êtes et ce que vous faites.

Donc, Tor et le Dark Web sont très utiles aux dissidents des pays répressifs, par exemple. Mais malheureusement, un tel système a aussi attiré toutes sortes de criminels, de voleurs d’identité, de trafiquants de drogue et d’armes.

Mais supposons que vous utilisiez le Dark Web de manière légitime, par exemple pour rechercher des fuites de données. Comment pouvez-vous trouver ce que vous recherchez sur le réseau ?

Quels sont les meilleurs moteurs de recherche du Dark Web ?

Aucun de ces outils n’est vraiment fiable à 100 %, il est donc possible qu’ils hébergent des logiciels malveillants ou d’autres mauvaises surprises de ce genre. Maintenant, si nous les proposons, c’est parce qu’ils ont fait leurs preuves et qu’ils ont déjà une certaine renommée parmi les utilisateurs de Tor. Dans cette liste, vous devriez donc trouver le moteur de recherche qui vous correspond pour le Dark Web.

Not Evil

URL : https://hss3uro2hsxfogfq.onion.to/index.php

Ce moteur se présente sous la forme d’un Google très dépouillé, et il s’est volontairement baptisé Not Evil, littéralement « Pas mauvais », comme pour affirmer que ses pratiques vont à l’opposé des méthodes douteuses du géant du Web. Not Evil est un bon moteur de recherche pour débuter sur le Dark Web.

Il propose un champ de recherche et des résultats collectés sur les serveurs Tor. Mais ce n’est pas tout.

Les résultats de vos recherches sont contrôlés par des utilisateurs qui peuvent signaler les résultats incorrects et trompeurs ou signaler les sites dits « abusifs ». Not Evil lutte activement contre la pédopornographie, ce qui est tout à son honneur (et suggère qu’il porte bien son nom).

Torch

URL : https://xmh57jrzrnw6insl.onion.to/

Torch donne accès à plus de 400 000 pages, il trie le contenu du Dark Web et renvoie un lot de résultats pertinents pour presque toutes les requêtes de recherche qu’il reçoit.

L’interface sera instantanément familière aux utilisateurs de Google ou de DuckDuckGo, et ses performances sont comparables à celles de Not Evil. Donc, si vous souhaitez faire des recherches sur le Dark Web, vous trouverez difficilement mieux.

Ahmia

URL : http://msydqstlz2kzerdg.onion/search/

Ahmia est un autre portail très utile pour le Dark Web, il a été développé avec le soutien du projet Tor en 2014.

Tout comme Not Evil, Ahmia propose d’assainir les résultats de recherche de Tor, ce qui est probablement une bonne chose pour tout le monde. Donc, vos recherches ne devraient contenir aucun site de pédopornographie. Ahmia dispose d’un excellent système de filtrage.

Ils font aussi un travail très utile en séparant les faux sites Web des sites légitimes. Cela peut poser problème à tous les niveaux du Web, aussi, les codeurs d’Ahmia ont créé un nouvel ensemble d’outils permettant d’éviter les sites malveillants.

Haystak

URL : http://msydqstlz2kzerdg.onion/search/

Peu de moteurs de recherche vont aussi loin que Haystak, puisque celui-ci prétend donner accès à plus de 1,5 milliard de pages. Il s’agit probablement d’un vaste chevauchement avec le Deep Web plus conventionnel, mais il ne fait aucun doute qu’Haystak accède à des parties du réseau Tor auxquelles tout le monde ne peut pas accéder.

Cependant, l’infrastructure de recherche d’Haystak est un peu moins fiable que celles de Not Evil ou de Torch. Vous risquez donc de vous retrouver à bidouiller avec des mots-clés pour trouver ce que vous cherchez.

Mais, étant donné le champ de pages accessibles proposé, ce moteur de recherche Tor est incontournable.

Candle

URL : http://gjobqjj7wyczbqie.onion/

Voici un autre moteur de recherche Tor très populaire (avec des mises à jour un peu trop ponctuelles). Candle ressemble étroitement à Google en termes d’esthétique, même si son robot d’indexation n’accède pas à autant de sites.

Candle simplifie au maximum les choses, il n’y a donc pas d’opérateur booléen ici. Il suffit de taper quelques mots-clés et le moteur de recherche proposera un lot de 20 résultats.

Si vous ne vous attendez pas à des miracles et que vos requêtes sont relativement simples, cet outil de recherche devrait vous satisfaire. Il est rapide, facile, pratique et, en général, il fonctionne bien.

Beacon

URL : https://info.echosec.net/beaconform

Beacon fait partie des petits derniers de la communauté de recherche Tor, il fait le buzz dans la presse informatique, et rien que pour cela, il mérite qu’on s’attarde sur son cas.

Développé par la société canadienne Echosec, Beacon cherche à rendre le Dark Web plus accessible et dispose de fonctionnalités très innovantes qui le distinguent de la concurrence.

D’une part, Beacon ne s’appuie pas sur le navigateur Tor. En effet, il collecte les données du Dark Web à distance et il indexe énormément de contenu. Le résultat obtenu est très similaire à Google. Il n’est donc pas surprenant que la presse informatique lui ait donné le surnom de « Google du Dark Web ».

Beacon n’est pas conçu pour les personnes souhaitant s’adonner à des activités illicites sur le Dark Web, il est plutôt pensé pour les entreprises qui souhaitent savoir si leurs données sont disponibles quelque part.

Ce fournisseur présente son client comme un outil de sécurité qui permet de savoir si des registres financiers ou des données de clients sont mises en vente sur le Dark Web. C’est probablement la première application à proposer ce genre de service avec tant de précision. Si vous craignez pour la sécurité de vos données et si vous souhaitez savoir quelles informations ont pu fuiter dans le Dark web, Beacon est fait pour vous.

Devriez-vous utiliser des services comme Web2Tor ?

Lorsque vous surfez sur le Web à la recherche de solutions pour optimiser votre expérience sur Tor, vous pouvez tomber sur des services comme Web2Tor ou Tor2Web. Ces sites semblent vraiment utiles en surface, puisqu’il proposent de créer une interface entre le Web visible et les nœuds de Tor.

En théorie, cela vous permettrait d’utiliser des moteurs de recherche comme DuckDuckGo pour faire des recherches sur Tor sans avoir à utiliser le navigateur Tor.

Mais, ne soyez pas dupe. Ces outils (quand ils fonctionnent) ne sont pas sûrs. En utilisant ce pont entre le Web visible et Tor, vous courez le risque de vous faire voler votre DNS ou votre adresse IP en consultant des sites dangereux.

Ainsi, lorsque vous naviguez sur le Dark Web, les moteurs de recherche son vos amis. Mais tenez-vous-en aux services disponibles sur Tor, et ne vous fiez pas aux applications et aux sites qui promettent plus que ce qu’ils peuvent offrir.